Le F.I.V.

Le FIV est un rétrovirus de la famille des lentivirus. C'est le virus de l'immunodéficience félin, autrement dit, c'est le sida du chat. 1 à 15% de chats testés en sont porteurs. Les chats mâles non castrés souvent en extérieur sont les plus exposés.

 

Le sida, je suis convaincue que beaucoup d'entre vous en ont entendu parler. Vous connaissez le sida humain, mais surement moins celui de minet. Aucune panique à avoir si votre chat est séropositif, vous ne risquez rien du tout. Ce sida n'est pas transmissible du chat à l'homme. Il l'est seulement entre félins, si certaines précautions ne sont pas prises.

 

Des tests rapides sont réalisables chez un vétérinaire. Ils permettent d'identifier des anticorps spécifiques. Ils apparaissent généralement 2 à 4 semaines après infection et persistent durant toute la vie. Un chat négatif peut être en période d'incubation, et celle-ci peut durer des années. Les chatons ne courent aucun risque avant l'âge de 6 mois en raison de la persistance des anticorps maternels et ne doivent pas être testés. La recherche par PCR s'avère intéressante pour confirmer un résultat positif, notamment chez un chat sain.

 

Mode de transmission

 

* - Comme notre sida, les voies sexuelles sont l'un des modes de transmission.

* - La salive (et encore dans un cas précis). Par la blessure, la salive ou le virus est présent, rentre dans la plaie. C'est donc une porte d'entrée potentielle.

* - Transmission possible par voie maternelle (post-partum). Cependant, il y a peu de contagion au sein d'une même maisonnée.

 

Les précautions à prendre est de stériliser l'animal, et d'éviter toute bagarre. Minou peut vivre au milieu de ses congénères si ces précautions sont prises. La phase de latence peut être très longue comme chez l'humain. Elle peut durer de 5 à 10 ans, voire plus. Les chats développent ensuite des infections opportunistes, notamment la cavité buccale (stomatite). Par ses effets directs sur le système nerveux, ce rétrovirus provoque des troubles nerveux en favorisant des tumeurs. Bien entendu, lorsque la maladie se déclare, veillez à accompagner votre compagnon vers la porte de l'autre monde. Seul des traitements palliatifs existent. Il est inutile de le faire souffrir inutilement, avec un acharnement thérapeutique. Bien que cela soit douloureux, il vous faudra songer à une euthanasie pour permettre à l'animal de partir dans la dignité, sans souffrance. Ce sera votre dernier acte d'amour.....

 

Sources pour cet article : Le traité rustica du chat, éditions rustica.